Bienvenu à POUSSAN AUTREMENT   Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Bienvenu à POUSSAN AUTREMENT

logopa web

cameraLe mercredi 12 novembre à 19h s'est tenu un conseil municipal informel dont l'ordre du jour était la sécurité. Cette réunion où le public n'est pas invité à participer, fait suite à une précédente réunion ( 9 juillet 2014) que les élus de la liste POUSSAN AUTREMENT avait réclamée afin d'aborder  ce problème préoccupant dans notre cité.

 
Largement évoqué sur notre site pendant la période de la campagne électorale durant laquelle des actes de malveillance s'étaient multipliés à l'encontre de plusieurs candidats de la liste POUSSAN AUTREMENT, ce climat "d'agitation" s'est apaisée depuis le mois de mars dernier. Heureusement, et tant mieux ! Cependant, soucieux de dissocier les actes liés à des "intérêts" électoraux, et ceux qui continuent de perturber l'ordre public, nous avons proposé un document de travail qui amorce l'élaboration d'un inventaire des facteurs d'insécurité à POUSSAN. Nous sommes avant tout une force de propositions. D'autres réunions vont avoir lieu sur ce thème, qui doivent préparer un débat public et permettre la mise en place d'actions concrètes.
Nous portons ce document à votre connaissance et le soumettons à votre analyse personnelle. Nous attendons en retour, vos réactions, vos propositions, votre avis, sur ce sujet qui nous paraît être fondamental pour la cohésion de notre communauté.


Merci pour votre participation à cette réflexion nécessaire.
Les élus de la liste

 
    
 Elaboration d'un inventaire des facteurs d'insécurité à POUSSAN


RECHERCHE DE SOLUTIONS
Conseil municipal informel du 12 novembre 2014
Contribution à la réflexion sur le thème de la SECURITE par les élus de la liste POUSSAN AUTREMENT.

1) Il faut partir d’un constat évident, sans complaisance ni exagération mais exhaustif, à partir du terrain.

Poussan et les Poussanais souffrent :

-    d’atteintes multiples contre les biens et les personnes


o    Vols, cambriolages, violences verbales, incidents de circulation
o   Vandalismes, menaces,  tags de maisons, incendie de poubelles et de boîtes aux lettres, de voitures + casse, tentative d’empoisonnement (chien) + attentat, échauffourées (carnaval)....


-    de consommation et trafic de drogue, abus d’alcool (carnaval et week- end) dans des lieux identifiés dans Poussan et dans la garrigue
-    de la présence de groupe de jeunes


o    indéterminés (venant de Gigean ?)
o    désœuvrés (Poussanais trainant jusqu’à 2h00 du matin, roulant à mobylette systématiquement à contresens cf. Grand rue par exemple).


-    du comportement d'automobilistes inconséquents dans l’irrespect de la vitesse, de la signalisation, des ronds-points, du stationnement.
-    du racisme latent  et de xénophobie à l’encontre des « non Poussanais »  
-    de laxisme dans la gestion des espaces publics et des biens communaux
-    d’incivilité contre l’environnement.


o    Dépôts sauvages multiples (cf. le reportage conduit par Pierre Cazenove et sa signalisation sans effet auprès de la Mairie et de la CCNBT)
o    Abandon d’espaces : parc d’Issanka, centre du village, rues, portes/porches, saleté récurrente
o    de la cabanisation avérée : 


Exemples:


o    Issanka est devenu une zone de non droit
o    Route de Montbazin des constructions illicites + piscines surgissent
o    Aux Onglous un hameau de mobil-home se prépare
o    La commission urbanisme est saisie de demandes étonnantes d’électrification, de travaux de régularisation post-électoraux
o    La construction illicite spectaculaire sur la parcelle cadastrée AC.47 se perd dans les méandres judiciaires et administratifs

 

Globalement, 350 à 450 habitations illicites à Poussan tandis que quelques particuliers (cas des parcelles AE.71 et AH.1 par exemple ) sont impitoyablement et durement sanctionnés, peut être même abusivement, tandis que d'autres contrevenants, pourtant identifiés, semblent bénéficier d'une certaine forme d'indulgence

  "Deux poids, deux mesures".
Cette situation crée un climat de défiance, de crainte, de menace, de rétorsion (élections).

 

2)    Les constats spontanés doivent s’inscrire dans un diagnostic statistique (approche administrative)

 

-    A établir objectivement englobant une durée de 1 à 5 ans
-    A obtenir de la gendarmerie, de la police municipale, de la justice, des élus
-    A établir dans le ressenti ….avec les élus à partir d’un échantillon (collectif de population à constituer – notion de Conseil de Veille Citoyenne)
Cette notion de « ressenti » est nécessaire pour établir les causes supposées et mobiliser la population.

 

3)    A partir du constat et du diagnostic peut être posée et formulée la problématique

 

-    1ère exigence :   rétablir la sécurité des biens et des  personnes
-    2ème exigence : construire et faire partager un sentiment de sécurité
-    3ème exigence : concevoir et mette en place une méthode de responsabilisation


o    des pouvoirs publics : élus, gendarmerie, police, justice, services sociaux
o    de la population qu’il faut impliquer et rendre responsable et participative


  Cette méthodologie exige cohérence et cohésion….et prudence : pas de shérif, pas de cowboys, pas de « milice » ! Ligne de crête délicate mais nécessaire à tenir.

 

4)    Les domaines d’application sont à inventorier et à définir (limites à poser)

 

Sans doute 2 types d’espaces sont à prendre en compte appelant des traitements et des modalités différentes adaptés mais sur le principe commun du respect de soi, du respect de l’autre, la nécessité du « vivre ensemble ».

-    Dans les espaces publics


o    Veille, action, réaction sur les agissements en public, dans la rue, les stades, le jardin public et le foyer des campagnes, le parking de la MJC.
o    Le collège et ses abords
o    L’abord des 2 écoles
o    Le marché (la halle)

 

- Les espaces privés et privatifs


Action, réaction sur les agissements et comportement des particuliers dans les manquements comme errance des chiens ou non gestion, vols dans magasins, linge aux fenêtres, irrespect de la réglementation (poubelles, tapages diurnes ou nocturnes..)

 

5)    Les actions à mettre en œuvre doivent être curatives  relevant de la sanction et préventives relevant d’une démarche participative et responsabilisant.

 

-    Les actions curatives relèvent de l’application de sanctions définies par le droit.


o    Il appartient aux élus majoritaires de saisir la justice, le pouvoir administratif et de mobiliser les forces de l’ordre
o    Une sanction prioritaire concertée devrait être l’obligation d’effectuer des Travaux d’Intérêt Général (nettoyages d’espaces vert, chemins, stades etc…)
o    Le principe d’engagement doit être « Tolérance Zéro » sans compromis (compteurs de chantier délivrés par EDF en zone NC) ni compromission (affaire « parcelle AC47- travaux « électoraux ») …ni lâche attente (Issanka…à régler par le TGV ! Depuis 20 ans !)
o    La police municipale devrait être opérationnelle 24h/24h pour faire face à toute situation (exemple : cambriolage nocturne) + convention effective de fonctionnalité avec la gendarmerie nationale.
o    Les actions de préventions :
o    Tenue d’un conseil municipal « extraordinaire » démonstratif au foyer des campagnes, devant la population, avec pour objectif de donner du sens à l’action municipale, de marquer l’importance du thème, de mobiliser les citoyens Poussanais.


-    Présentation des constats   analyse des causes
-    Présentation d’une stratégie reposant sur volonté de solutions immédiates et à moyen terme

o    Les solutions immédiates sur le budget 2015 pour effets immédiats

-    Création d’un poste d’animateur social ou travailleur social
-    Mise en place d’un réseau de vidéo surveillance de protection, performant techniquement et effectivement et intelligemment et réglementairement géré
-    Désignation d’un (ou plusieurs) élu(e)s référent(s) par quartier+ comité de quartiers + « voisins vigilants »
-    Elaboration par des volontaires Poussanais d'une charte de la vie à Poussan qui serait présentée lors de la journée mondiale de « l'amabilité »
-    Professionnalisation à la sécurité  des biens et des personnes de tous les salariés de la Mairie (administratifs, agents techniques, policiers) par un programme de formation – action spécifique.

o    Les solutions proposables immédiatement aux effets attendus à terme

-    Une modalité prioritaire : mobiliser toutes les associations subventionnées de Poussan sur la base d’un contrat d’objectif sur des actions effectives de mise en sécurité procédant de leur initiative ou de propositions du conseil municipal : par exemple création d’un challenge du fair-play, d’un challenge de la solidarité et de lutte contre la solitude, d’une journée sans violence. Engager le collège et les écoles (élèves, professeurs, parents) sur la thématique de la sécurité et du « bien vivre ensemble »

-    Des actions à destination des jeunes :

1 - Création d'un conseil municipal des jeunes pour montrer le lien à la citoyenneté et à la responsabilisation, avec la mise en œuvre de projets concrets avec ou pour des habitants de la commune,

2 - Initiatives locales œuvrant contre les addictions et les comportements à risques
- Travailler avec des associations œuvrant contre les addictions et les comportements à risques, en sensibilisant les populations, notamment jeunes, contre les risques liés à la consommation d'alcool, de drogues ou à la transmission de MST.
- Approcher les jeunes Poussanais, notamment avec des actions ciblées en fin de semaines, pour rappeler les dangers liés à certains comportements et avec la distribution d'éthylotest et de préservatifs (cofinancement CG à rechercher).

3 – Mise en place un dispositif de réussite éducative s'adressant aux jeunes de 11 à 16 ans les plus fragiles et visant à éviter le décrochage scolaire et ses conséquences (à travailler en lien avec le collège)

4 - Pour les jeunes âgés de 17 à 20 ans, mise en place de projets éducatifs  individualisés. Leur objectif est de relancer une dynamique de travail/formation auprès de ces jeunes en voie de désocialisation et auteurs éventuels de faits de délinquance.

5 – Mise en place d'activités de loisirs durant des opérations festives entre les adolescents et les adultes référents (force de l'ordre, élus, commerçants...)

6 - Travail auprès de nos commerçants en les incitant à prendre des jeunes en stage (stage de 3ème au collège par exemple)

7 - création d'une cellule de personnes référentes " sécurité – écoles" (cf éducation nationale) au sein des écoles de la commune (Mairie / parents d'élèves / enseignants)

8 – Proposition d'une action découverte de la justice au collège. L'objet est d'intégrer la justice à l’éducation dans le collège auprès d'une tranche d'âge) et de faciliter l’intégration de la citoyenneté dans le programme éducatif ; lutter contre les violences scolaires grâce au traitement informatif et social de la violence ; développer des actions d’éducation et de sensibilisation au monde judiciaire ; améliorer l’accès au droit ; écouter, soutenir, conseiller et orienter les jeunes en difficultés.

9 – Mise en place d'un parcours citoyen ayant vocation à poser les bases d’un dialogue entre les jeunes et les institutions à travers la découverte de leur fonctionnement, ce qui doit permettre une meilleure appropriation de l’environnement institutionnel et d’apporter une expérience concrète de citoyenneté.

10 – Un CVC (conseil de la vie collégienne) a été mis en place au sein du collège. Participation d'élus locaux au sein de cette instance, pour travailler sur des actions citoyennes mises en place par ce conseil.

11    - Créer des actions novatrices fondées sur des arts interactifs (peinture, photo, vidéo, théâtre, chant…)

12    Créer des journées de l’art de rue
      • Peinture/graphes dans les rues, dans la Lauze (jardin public) au stade, skate-park...etc.
      • Spectacle vivant déambulant
      • Chant à l’église (cf la Jovivio)
      • Un  concours d’affiche (photos collées ?) et d’affichage massif

13    - Des actions de forum théâtre  et par le Strapontin et la Cie de Jacques Brun, une animation collective du patrimoine (style «  le Puy du fou en Vendée)

14    - Une création de sculptures monumentales pour espaces publics réunissant des ados/ un ou des artistes/ une entreprise support (ressources possibles à Poussan même avec les artistes  Jésionka, Sergio, Boniface, Cervéra, Di Rosa et l’Association Montpellier Ado pour l’Hérault déjà engagés dans un programme de cette nature avec un industriel partenaire (Projet/Programme STIart en cours : http://stiart.stiram.com/ )

-    Des actions à destination des familles :

1 – Création d'une maison de l’enfant, l’adolescent et de la famille ou antenne locale d'un établissement existant au niveau du département (Maison des Ados de l’Hérault, 9 rue de la République à Montpellier et association Montpellier Ados pour l’Hérault dont le siège est à Poussan). Ce lieu ressource doit permettre aux parents de rencontrer des professionnels de l’enfance, de participer à des groupes de paroles, à des réunions débats. Ce lieu central orientera les parents et les enfants vers les dispositifs les plus adaptés.

2 – Création d'une instance collégiale permettant à la municipalité de mettre en œuvre une politique d’accompagnement des difficultés sociales et éducatives que peuvent rencontrer des parents sur leur territoire. Cette instance doit être considérée comme un lieu d’aide à la parentalité et non comme un espace de sanction,  ayant pour mission d’aider les familles en difficulté dans l’exercice de l’autorité parentale.
Ce dispositif est basé sur le principe du conseil pour les droits et devoirs des familles (C.D.D.F.) institué par la Loi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance.

  Toutes les actions précitées ne peuvent réussir que dans une stratégie intergénérationnelle associant les jeunes aux autres tranches de la population, les actifs aux non actifs.... Cette intergénérationalité est aussi la condition de réussite des actions suivantes, à démultiplier dans les quartiers :

-    Des actions dans les quartiers :
L'objectif est de créer une Ville rassurante pour ses habitants.

1 - Travailler à un aménagement de l’espace urbain. Un certain nombre de rues, de passages, sont insuffisamment éclairés et aménagés. Le sentiment de sécurité tient aussi à cela, à l’ambiance, à la luminosité.

2 - Améliorer la sécurité routière, en particulier dans les lieux de passage, autour des écoles, des rues résidentielles, des rues du centre. Là encore, trop de véhicules circulent trop vite et la sécurité de tous doit être améliorée. Des parents d'élèves sont prêts à participer à cette réflexion.

3 - Faire investir les quartiers par leurs occupants, avec des opérations d'entretien menées par les habitants. Plus les espaces communs sont entretenus, plus les rapports au sein du quartier sont apaisés. Dès lors ce sont les actes de petites délinquances, les incivilités, les dégradations qui baissent.
L’entretien et la réfection de ces espaces communs pourra être proposé à des jeunes pour leur permettre de s’inscrire dans des actions positives pour les quartiers, d’avoir de premières expériences professionnelles.
Cela pourrait aboutir à l'opération « le plus joli quartier de Poussan ».

4 - Mettre en place des évènements artistiques et sportifs  sur l’ensemble des quartiers de la ville à favoriser, pas forcément qu'au centre de la commune (initiatives individuelles).

 

6)    Mettre au point  un système d’évaluation continue à terme (2 ans) des actions conduites

 

-    pour établir une grille (indicateur à définir pour chaque action - Possibilité de recours à un étudiant en sociologie ou psychologie sociale d’évaluation (convention avec l’université de Montpellier)
-    Mise en place d’un audit participatif (bilan des actions par auditions des intervenants)

 L’éradication de l’insécurité effective et du sentiment d’insécurité nécessite la conception et la conduite d’un projet participatif, volontariste, imaginatif, programmé tout autant que sur l’engagement des élus et la responsabilisation des citoyens.

 Cette « bataille » partagée par tous peut amener de nombreux Poussanais à se préoccuper du développement économique et socio culturel de la cité...en éloignant ou en arrêtant l’évolution présente vers une « cité dortoir » et ses dérives.           
               

Poussan : mercredi 12 novembre 2014
Conseil municipal informel
Ordre du jour: SECURITÉ.


N'hésitez pas à commenter cet article en vous connectant !

Cliquez pour couter le texte en surbrillance!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies sur le site de POUSSAN AUTREMENT. Pour en savoir plus, cliquez ici